L’estomac irritable – qu’est-ce qui aide vraiment ?

De plus en plus de personnes souffrent d’une maladie pour laquelle les médecins ne trouvent pas de cause : un estomac irritable. Cette maladie s’accompagne de symptômes non spécifiques tels que des douleurs abdominales, des flatulences ou des nausées, ce qui rend le diagnostic difficile. Mais même si un estomac irritable n’est pas facile à diagnostiquer, il existe de nombreux conseils qui peuvent aider à soulager ou même à éliminer les symptômes. Découvrez comment reconnaître un problème d’estomac et ce qui peut vous aider.

Qu’est-ce qu’une gastroentérite ?

L’estomac irritable, ou « dyspepsie non ulcéreuse » ou « dyspepsie fonctionnelle », est un terme collectif désignant les troubles de la partie supérieure de l’abdomen dont on ne peut trouver la cause ni par imagerie ni par des tests de laboratoire. Le principal symptôme de l’estomac irritable est la présence de plaintes indéterminées dans le milieu de l’abdomen supérieur. C’est là que se trouve, entre autres, l’estomac. La maladie est diagnostiquée lorsque tous les tests relatifs à d’éventuelles autres maladies se révèlent négatifs, c’est-à-dire qu’ils ne donnent aucun indice d’une autre maladie.

La cause du tableau clinique est souvent le stress psychologique et les situations de stress, c’est pourquoi on l’appelle aussi « estomac de stress ». Les maladies mentales, telles que la dépression et les troubles anxieux, peuvent également être une cause possible. L’estomac sensible est souvent lié au syndrome du côlon irritable. Ce tableau clinique est caractérisé par des douleurs abdominales ou des irrégularités dans les selles, pour lesquelles aucune cause organique ne peut être trouvée non plus.

Les multiples causes du syndrome de l’estomac irritable

Le syndrome de l’estomac irritable est également appelé « estomac sensible » ou « nerveux », car le système nerveux de la personne affectée dans le tractus gastro-intestinal supérieur réagit de manière plus sensible aux stimuli externes et internes que chez une personne saine. L’estomac peut réagir de manière particulièrement sensible à l’acide gastrique. Sa formation est stimulée par la caféine, par exemple. C’est pourquoi la consommation de café peut avoir un effet négatif sur la santé de la paroi de l’estomac. Le médicament aspirine peut également endommager la paroi de l’estomac en réduisant la production d’hormones de protection des muqueuses.

Une autre cause possible est une perturbation du mouvement de l’estomac. Un mouvement insuffisant de l’estomac fait que, les aliments restent plus longtemps dans l’estomac tout en entraînant les symptômes typiques d’un estomac irritable. Un lien avec une infection par la bactérie Helicobacter pylori est également discuté. Helicobacter pylori est une bactérie qui peut coloniser l’estomac et y provoquer une inflammation.

Quels sont les symptômes d’un estomac irritable ?

Parmi les symptômes possibles d’un estomac irritable, on peut citer :

  • Des douleurs et des crampes au ventre, qui disparaissent souvent avec l’évacuation de gaz ou de selles.
  • De la constipation ou de la diarrhée, parfois en alternance.
  • Des ballonnements et des flatulences.
  • Une activité intestinale bruyante (borborygmes).
  • Un besoin parfois urgent d’aller à la selle.
  • Une sensation d’évacuation incomplète des selles.
  • Du mucus dans les selles.

Souvent, les douleurs abdominales ne peuvent être localisées avec précision et peuvent même irradier dans le dos à un point tel que les personnes concernées se plaignent de douleurs dorsales.

Cela va à l’encontre du syndrome classique de l’estomac irritable

Ces symptômes indiquent généralement la présence d’autres maladies. Les selles noires, par exemple, peuvent se produire en raison de saignements dans le tractus gastro-intestinal supérieur, c’est-à-dire principalement dans l’estomac, l’intestin grêle ou l’œsophage. Mais les selles deviennent également noires lorsqu’on prend des comprimés de fer. La fièvre, la perte de poids et les sueurs nocturnes peuvent être résumées en médecine comme des « symptômes B » et peuvent être liées aux infections et au cancer.

La diarrhée nocturne peut indiquer une inflammation chronique de l’intestin, comme une colite microscopique. Cela peut être diagnostiqué par la microscopie d’échantillons prélevés lors d’une coloscopie. Les symptômes du syndrome de l’estomac irritable sont donc variés et nécessitent un diagnostic individuel.

Diagnostic d’estomac irritable : aucun test classique disponible

L’estomac irritable est un diagnostic d’exclusion. Cela signifie qu’il n’existe pas de test classique pour le diagnostic de la maladie et que l’on ne peut parler de syndrome de l’estomac irritable que si l’on a exclu une cause organique des plaintes. À cette fin, le médecin traitant fera procéder à des examens tels qu’une échographie de l’abdomen, une gastroscopie, des analyses de selles et/ou des analyses de sang en laboratoire.

Ce n’est que, si les symptômes persistent pendant au moins trois mois et que les examens effectués par le médecin ne donnent aucun résultat qu’un diagnostic de syndrome de l’estomac irritable peut être posé.

Le bon régime alimentaire : sans graisse et frais

La thérapie d’un estomac irritable comprend des mesures diététiques. Les aliments qui intensifient les symptômes (par exemple les aliments gras) doivent être omis. De plus, des repas plus petits et plus fréquents ont souvent un effet positif sur la récupération. Une modification des habitudes alimentaires peut souvent contribuer à atténuer les symptômes. Ce faisant, il faut veiller à manger autant que possible des plats fraîchement cuits et donc à éviter autant que possible les repas prêts à consommer.

Les légumes cuits et les viandes maigres (comme la dinde et le poulet), le riz et les pâtes cuits, ainsi que les saucisses, le fromage et le poisson à faible teneur en matières grasses sont généralement bien tolérés et donc bien consommés.

Le régime alimentaire à faible teneur en fibres alimentaires (Low-FODMAP Régime)

Une forme spéciale de régime alimentaire, avec laquelle beaucoup de personnes concernées ont de bonnes expériences, est le régime dit « low-FODMAP ». Dans ce régime, l’objectif principal est d’éviter divers polysaccharides difficiles à digérer. Le régime faible en FODMAP a déjà un taux de réussite élevé dans le traitement du syndrome du côlon irritable et peut également aider pour l’estomac irritable.

Les étapes du régime FODMAP ou comment introduire des repas sans glucides

Le protocole FODMAP est divisé en trois étapes :

  • Première étape : elle vise à éviter les principales sources de FODMAP pendant 2 à 4 semaines ou jusqu’à ce qu’il y ait une diminution marquée des symptômes intestinaux. Cette étape peut durer jusqu’à 2 mois. Ensuite, il faut attendre quelques jours sans symptômes avant de débuter les tests de tolérance.
  • Deuxième étape : cette étape est celle des tests de consommation. Il faudra tester un seul groupe d’aliments à la fois et se limiter à la réintroduction d’un groupe alimentaire par semaine. Idéalement, l’aliment à tester sera à réintroduire en dehors des repas pour identifier les symptômes plus facilement, jamais au cours d’un repas classique pour ne pas risquer de passer à côté. Il est recommandé de tester un même aliment deux à trois fois dans la semaine en intégrant une journée de repos entre chaque test. On conseille également d’augmenter graduellement la quantité de l’aliment consommé au cours de la semaine. S’il y a apparition de symptômes modérés, il est préférable d’arrêter les tests et de passer à un autre aliment. Le but est d’évaluer la tolérance aux aliments sources de FODMAP et la quantité maximale qu’il est possible de consommer sans avoir de symptômes.
  • Troisième étape : cette dernière étape consiste à réintroduire progressivement les aliments bien tolérés pendant les tests. On peut aussi tenter de réintroduire les aliments problématiques en trouvant les portions compatibles avec le maintien du confort intestinal.

Il est important de savoir que cette alimentation ne peut pas guérir le syndrome de l’intestin irritable mais le soulage et permet d’éviter les symptômes sur de longues périodes. Dans 25% des cas de SII, le régime FODMAP à base de repas sans glucides n’est pas efficace pour soulager les symptômes. En effet, d’autres facteurs peuvent exacerber ces symptômes et empêcher le soulagement. C’est le cas de l’aérophagie qui augmente la quantité d’air avalé et provoque des gaz.

Liste des aliments autorisés dans le régime FODMAP

Voici une liste des aliments autorisés dans le cadre du régime FODMAP. Ils sont à intégrer aux repas sans glucides fermentescibles et à privilégier pour retrouver un niveau de confort intestinal optimal. Tous ces aliments ont une faible teneur en FODMAP.

Fruits

Dans le cadre du régime FODMAP, il est recommandé de favoriser la consommation de fruits à faible teneur en fructose :

  • Tous les agrumes : orange, citron, pamplemousse, clémentine.
  • Fruits exotiques : ananas, banane, fruits de la passion.
  • Baies et fruits rouges : fraises, framboises, canneberges, groseilles, bleuets.

On limitera la consommation de jus de fruits à 125ml par jour, soit la moitié d’un verre.

Légumes

Dans le cadre du régime FODMAP, on recommande de privilégier les légumes pauvres en fructose et riches en amidon, pour favoriser l’absorption du fructose.

  • Légumes riches en amidon : pomme de terre, patate douce, panais.
  • Salade, laitue, cresson, mâche, endives.
  • Choux : frisé, brocoli, de savoie.
  • Poireaux, tomates, carottes, courgettes, épinards.
  • Fèves et haricots

Produits sucrés

Lors du régime FODMAP, certains produits sucrés peuvent être intégrés avec beaucoup de modération. On recommande, bien évidemment, de les choisir pauvres en polyols et en fructose.

  • Sucre blanc,
  • Cassonade,
  • Confiture sans fructose,
  • Sirop d’érable,
  • Chocolat,
  • Stévia (se limiter à 2 sachets par jour),

Conseils pratiques pour suivre le régime FODMAP et adapter ses recettes et menus

  • Prendre le temps de manger et de bien mâcher,
  • Ne pas utiliser de paille pour boire,
  • Éviter les chewing-gums et autres bonbons,
  • Fuir les produits allégés,
  • Remplacer les produits céréaliers classiques par des produits à base de farine d’avoine, de maïs ou de riz,
  • Préférer le riz, le quinoa, le millet ou le sarrasin aux pâtes de blé et au couscous,
  • Choisir des produits laitiers sans lactose,
  • Consommer des fruits pauvres en fructose à la fin du repas, jamais en prise isolée dans la journée,
  • Veiller à avoir un bon apport en protéines et en matières grasses à chaque repas,
  • Réintégrer progressivement les aliments sources de FODMAP et prendre le temps d’observer les symptômes.

Ce qui aide vraiment est différent pour chaque individu

D’une personne à l’autre, des aliments différents peuvent être mieux ou moins bien tolérés. Afin de déterminer ce qui peut être le mieux toléré personnellement, il est conseillé de tenir un « journal des symptômes ». Cela devrait inclure des enregistrements quotidiens des repas et des plaintes ultérieures afin de révéler un lien entre certains aliments et les symptômes qui en découlent. L’estomac fragile peut être renforcé par le renoncement ultérieur à la nourriture correspondante, ce qui entraîne une amélioration des symptômes. Afin de se débarrasser du syndrome de l’estomac irritable, il faut donc modifier de façon conséquente le mode de vie et les habitudes alimentaires.

Que faire en cas de mal de ventre ?

Outre l’adaptation du régime alimentaire, il convient également d’éviter la consommation de nicotine et d’alcool en cas d’estomac irritable. Le surpoids peut également favoriser le tableau clinique de « l’estomac fragile ». Il est donc conseillé de faire du sport et de faire suffisamment d’exercice pour contrer à la fois un éventuel surpoids et un éventuel stress psychologique. Un sommeil adéquat et des techniques de relaxation, comme le yoga, peuvent également aider à lutter contre le stress. Une psychothérapie est recommandée en cas de maladie mentale éventuelle.

Quels sont les remèdes maison qui peuvent aider ?

Le thé est l’un des remèdes maison qui peuvent aider. Mais quel est le meilleur thé pour le syndrome de l’estomac irritable ? Le thé à la camomille, à la menthe poivrée, au fenouil ou à la sauge, en particulier, peut aider à calmer l’estomac et à soulager les crampes. Une bouillotte ou un léger massage abdominal peuvent également aider en cas de douleurs aiguës.

Combien de temps dure le syndrome de l’estomac irritable ?

Les symptômes du syndrome de l’estomac irritable disparaissent ou s’améliorent après un à deux mois chez plus de la moitié des patients si un régime alimentaire est suivi et si les médicaments prescrits sont pris. Toutefois, les symptômes peuvent revenir après l’arrêt du traitement. Dans la plupart des cas, les symptômes ne disparaissent pas complètement sous traitement, mais ils s’améliorent de manière significative. En général, le pronostic de la maladie est favorable, car il n’y a généralement pas de maladies secondaires graves ou de complications.

Si le changement de régime alimentaire est suivi de manière cohérente et si l’on parvient à mener un mode de vie sans stress, un estomac irritable peut donc s’améliorer de manière significative en quelques mois sans autres conséquences.

Retrouvez la forme grâce à une détoxification du corps
Quels sont les bienfaits du cacao sur la santé ?